Hall d'entrée

Le vendredi, c’est fantaisie !

Chaque semaine, je vous propose un dessin d’humeur, en fonction de mes voyages et de mes rencontres.


No58

Carnet de Loire no 1

carnet-de-loire
vendredi 20 décembre 2019
Cette prise de note a été réalisée sur place afin de restituer le thème et l’ambiance générale de l’instant pour réaliser la composition définitive.

J’ai utilisé trois notations simultanées : le dessin au trait pour la construction, la couleur à l’aquarelle pour restituer l’évanescence du paysage et le script pour les impressions subjectives.


No57

Notes no 4 pour un carnet de Loire

carnet-de-loire
vendredi 20 décembre 2019
Cette prise de note a été réalisée sur place afin de restituer le thème et l’ambiance générale de l’instant pour réaliser la composition définitive.

J’ai utilisé trois notations simultanées : le dessin au trait pour la construction, la couleur à l’aquarelle pour restituer l’évanescence du paysage et le script pour les impressions subjectives.


No56

Notes no 3 pour un carnet de Loire

carnet-de-loire
vendredi 13 décembre 2019
Voici un dessin au trait réalisé de façon rapide dont les détails sont manuscrits sur la page de gauche. Cette note me servira pour alimenter la composition finale du carnet de Loire qui m’a été commandé.

No55

Notes no 2 pour un carnet de Loire

carnet-de-loire

vendredi 6 décembre 2019
Voici une autre notation succincte pour alimenter le carnet de Loire qui m’a été commandé. Le ciel traité de façon rapide sera rendu d’une manière plus approfondie sur l’épreuve définitive.

No54

Notes préparatoires no 1 pour un carnet de Loire

carnet-de-loire
vendredi 29 novembre 2019
Voici les premières notes pour le carnet de la Loire qui m’a été commandé.

Cette prise de note a été réalisée sur place afin de restituer le thème et l’ambiance générale de la composition définitive.


No53

Souvenir d’une balade sous les grands pins odorants

Souvenir d’une balade sous les grands pins odorants
Vendredi 22 novembre 2019
Ce qui me frappe ici c’est la douceur du vent dans les arbres et la quiétude qui se dégage de cette vue panoramique où la nature nous offre son évidente force de beauté.

Je remarque ce sable saturé de mica si fin qu’il en devient impalpable qui se nacre et s’irise des éblouissants rayons du soleil couchant.

Dernière palette faite de bleu acier comme les ailes des pies. Mèches de sables blonds et éclats de perle et d’ambre.

Je dois vous quitter mais vous êtes maintenant pour toujours dans mon âme : c’est mon dessein.


No52

Le restaurant du Bouledogue

Le restaurant du Bouledogue

Le restaurant du Bouledogue

Vendredi 15 novembre 2019
Voici un endroit qui reste en dehors du maraisianisme.
Les banquettes de moleskine vert anglais s’accordent agréablement au boiseries en acajou : c’est un décor classique, cossu et confortable. Les appliques à tableaux et la corniche lumineuse confèrent à l’endroit une ambiance souple et feutrée. Les nappes blanches sont en vrai tissu.
J’aime surtout le souvenir agréable que j’en garde lorsque nous y allions dîner avec mes parents.

No51

La maison au bord de l’eau (aquarelle)

la-maison-sur-la-riviere-

essai-pour-la-maison-sur-la-riviere-

Vendredi 8 novembre 2019
Comment traiter deux aspects du même sujet.
Cette semaine : l’aquarelle.

No50

La maison au bord de l’eau (lavis)

Montreuil-sur-le-Loir
Vendredi 1er novembre 2019
Voici un bel endroit où je donne mes stages d’été. La maison domine le Loir qui passe dans le bas de la propriété. Dans cet environnement paisible, la baignade peut constituer une pause rafraîchissante.

No49

La maison de Balzac : un lys dans la vallée

La maison de Balzac
Vendredi 25 octobre 2019
Au cœur de la Touraine, le château de Saché est l’un des lieux d’inspiration privilégiés d’Honoré de Balzac.

Balzac trouve dans sa petite chambre qui lui est réservée le silence et l’austérité qui, loin des turbulences de la vie parisienne et de ses soucis financiers, lui permettent de travailler de douze à seize heures par jour. Ses grandes oeuvres sont en partie rédigées ici.

Saché sert également l’inspiration de Balzac qui situe son roman « Le lys dans la vallée » dans le cadre idyllique de la vallée de l’Indre.


No48

L’ombre de l’herbe

L'ombre de l'herbe
Vendredi 18 octobre 2019
Installé sous la varangue, j’observe cette herbe bien composée qui se balance en projetant l’ombre de son ombre sur le sol en béton gris .
Je voudrais comprendre sa forme, sa couleur, son apparence.
Mais aussi son âme que je ressens et qui ploie doucement sous la brise du soir : mélangeons les deux sur ce dessin aquarellé…

No47

Le champ d’octobre

Le champ d'octobre
Vendredi 11 octobre 2019
Bruno s’est installé au milieu du champ : il dessine le hangar et la caravane. Ils ne figurent pas sur mon aquarelle. J’adapte les choses du quotidien : c’est ma façon d’améliorer la vie.
Depuis la lisière du champ doré, je vois se découper dans les cieux les grands saules marsault dont les végétales monnaies d’argent scintillent sous le lustre de la lumière d’octobre.

No46

Au revoir Jessye

Au revoir Jessye
Vendredi 4 octobre 2019
Souvenir d’une déesse lors d’un récital donné pour la soirée Lancôme à la Verrière des Beaux Arts de Paris

No45

Transposition onirique, le quai de Conti

Le quai de Conti
Vendredi 27 septembre 2019
Ce dessin est réalisé comme un décor de théâtre. Le truc ou plutôt le trucage, c’est d’utiliser un sujet existant et de le mettre en scène. J’ai utilisé de l’encre sépia pour structurer l’espace et des tons orangés pour filtrer et réchauffer la lumière.

No44

Le quai d’Orsay

Le quai d'Orsay
Vendredi 20 septembre 2019
Vue de la la façade du musée d’Orsay, autrefois l’hôtel du Palais d’Orsay où nous descendions avec mes parents. Je me souviens des salles de bains avec des baignoires si grandes que j’aurais pu m’y noyer. Je me souviens aussi du bruit de cascade des robinetteries en laiton doré.

No43

Le pont du Carrousel

Le pont du Carrousel
Le pont du Carrousel
Vendredi 13 septembre 2019
Le pont de tout les rêves après la passerelle des Arts.
Les ponts de Paris offrent une autre façon d’appréhender la capitale : leur visite peut constituer le but d’une agréable promenade si on veut voir le « Paris des quais ».

No42

Le pont Alexandre III

Le pont Alexandre III
Vendredi 6 septembre 2019
C’est bien le pont le plus spectaculaire de Paris.
Avec ses multiples ornements de guirlandes et de torchères en bronze et cristal, il illustre bien l’opulence et la volonté de représentation de toute une époque.
Dans une des images, j’ai choisi des couleurs chaudes afin d’accentuer le côté théâtral de cet édifice.

No41

L’éloge de la sieste

l'éloge de la sieste
Vendredi 30 août 2019
La sieste n’est pas seulement un moment de repos.
C’est avoir aussi la conscience de cet état qui ressemble à un départ en douce, un glissement dans les draps des rêves.
À l’écart, dans un chaise longue en osier, sous les bambous qui crissent une berceuse dans l’air caniculaire.

No40

Les quais de Paris au mois d’août

Paris au mois d'août
Vendredi 23 août 2019
Le sol est encore chaud, avec une légère brume de poussière.
Le ciel est blanc, poli comme une opale. Non loin de la muraille brûlante, un promeneur s’est affalé dans la torpeur, cherchant une hypothétique fraîcheur sous les marronniers roussis.

No39

La pharmacie du Carrefour

pharmacie-de-l'hotel
Vendredi 16 août 2019
Assis à la terrasse, j’observe les couleurs lumineuses de la façade claire et fraiche.C’est le début des allées et venues dans le commencement de cette matinée d’été.
La rue est encore fraiche d’un récent arrosage.Les couleurs sont encore propres. Bientôt la chaleur commence à monter du macadam.

No38

Café Le Carrefour suite


La-terrasse-du-carrefour
Vendredi 9 août 2019
Ce matin, Madame Colette est de retour et s’affaire à essuyer les verres. Samba passe les commandes.
Sous les marronniers encore verts, la terrasse est déjà pleine de consommateurs encore endormis.

No37

Café Le Carrefour, chez madame Colette

madame Colette Carrefour
interieur-cafe-carrefour
Vendredi 2 août 2019
Madame Colette est derrière le bar : elle porte un chemisier noir code jais comme ses cheveux. Son tablier bleu délavé est retenu par des bretelles très fines, comme celles des sous-vêtements féminins. Ça lui fait comme un bleu de travail ceinturé à la taille.
Madame Colette lit toujours le journal avant les autres et très tôt avant les autres.
Aujourd’hui, son regard est très vif : les paupières sont très sombres et bistrées. L’iris est profond comme du noir de fumée et possède ce lumineux reflet des personnes qui ont les yeux des mères Méditerranée et qui en savent si long sur la vie.

No36

La plage de la Turballe

La plage de la Turballe
Vendredi 26 juillet 2019
De l’air, du vent et cet espace si grand qui remet les idées en place.
Sur l’horizon, sans point de fuite, comme un saphir poli, miroite la mer infinie.
Contre-jour d’oyats sombres et souples sur le sentier sableux qui crissent sous les pas sages.

No35

Café Le Carrefour

Café Le Carrefour
Vendredi 19 juillet 2019
Aujourd’hui, je m’installe à l’intérieur.

La terrasse est surchauffée et bien trop voyante. J’aime cet endroit car il n’est pas rénové et donc indémodable.
J’aime la patronne qui passe encore quelques fois derrière le comptoir. Je ne manque jamais de la saluer : c’est une dame petite, bien brune, aimable, juste ce qu’il faut, directe et sincère.

Aujourd’hui, elle n’est pas là.


No34

Café Sully Lazare

34 le Vendredi c'est fantaisie
Vendredi 12 juillet 2019
Je suis en avance à mon rendez-vous ; dessinons en attendant.
Le cuisinier est impatient de quitter son service. Il jette rapidement un coup d’œil dans la salle.
Notes de couleur : dessus de bar en cuivre, façade noire, monogramme noir et or, fauteuils rouge lie de vin et coq de roche, confortables mais trop bas pour déjeuner.

No33

Le champs de Phacélie

Vendredi 5 juillet 2019
C’est Christian qui m’a proposé : « Va voir au bout du chemin, tu auras une surprise… »
En effet, au bout de l’allée bordée de beaux bouleaux blancs, je découvre ce que je crois être un champs de lin.
Le bleu mauve me faire penser aux couleurs de la lavande.
C’est un champs de phacélie soigneusement arrangé et bordé d’herbe d’un vert vif et frais.


No32

Paysage au Coudray

Paysage au Coudray
Vendredi 28 juin 2019
Dans le camion de déménagement sur la large route qui s’ouvre devant nous comme une perspective d’avenir : tout devient possible, enfin.
Intrigues et disputes des sombres nuages, adversité et vains combats venteux.
Nous naviguons à vue dans le soir qui descend.

Paysage au Coudray

No31

Jour de marché

Jour de marché
Vendredi 21 juin 2019
C’est depuis le café que je dessine, installé à une jolie table ronde : l’atmosphère est détendue.
Il y a du joli monde gouailleur et à la recherche des meilleurs prix ; les cabas et les poussettes se bousculent.
Odeurs de légumes frais, de cigarettes et de panachés multicolores.
J’essaye de noter le vert de la bâche qui protège les étals et donne un lien à cet instant d’émotion.


No30

Jour de lessive

Jour de lessive
Vendredi 14 juin 2019
On voit de loin en loin les femmes qui s’affairent à étendre leur draps… Bientôt, partout autour de moi, sur toutes les terrasses, viennent flotter ces voiles blanches et fraîches qui procurent une ombre rafraîchissante dans ce jour de l’été brûlant. L’air chaud apporte les odeurs de cumin et de fleurs d’oranger qui éclosent partout en cette saison. Je suis à l’abri et au calme pour goûter ce moment d’émotion que j’essaye de transcrire instantanément…

No29

Café Le Départ, Argenteuil

Café le Départ
Vendredi 7 juin 2019
C’est un café situé en face de la gare. Décor de staff, blanc jauni des années 50, corniches lumineuses très chantournées. Des carreaux en céramiques bleu turquoise, cobalt et miel avec glaçure beige doré décorent les pilastres de la façade extérieure.

Réflexion
Réflexion
La maison de Balzac
La maison de Balzac